Innovation

L’agriculture intelligente est la clé du développement d’une agriculture durable

L’agriculture a connu de nombreuses révolutions, que ce soit dans la domestication des animaux et des plantes, ou dans l’utilisation systématique de nouvelles technologies et équipements ainsi que dans d’autres améliorations des pratiques agricoles pendant les quelques dernières années. L’agriculture connaitra une quatrième révolution déclenchée par l’utilisation de plus en plus répandue des technologies de l’information et de la communication dans le domaine agricole.

Des véhicules robotisés autonomes ont été développés à des fins agricoles, tels que le désherbage mécanique, l’application d’engrais ou la récolte de fruits. Le développement de véhicules aériens sans pilote avec commande de vol autonome, ainsi que le développement de caméras hyper spectrales légères et puissantes pouvant être utilisées pour calculer le développement de la biomasse et l’état de fertilisation des cultures. De plus, des modèles d’arbres décisionnels sont disponibles maintenant, permettant aux agriculteurs de différencier les maladies d’origine végétale sur la base d’informations optiques.

Prises ensemble, ces améliorations techniques constituent une révolution technique qui engendrera des changements perturbateurs dans les pratiques agricoles. Cette tendance vaut pour l’agriculture, non seulement dans les pays développés, mais aussi dans les pays en développement, où les déploiements dans les TIC (par exemple, utilisation des téléphones mobiles, accès à Internet, logiciel exploitation agricole) sont adoptés rapidement et pourraient devenir les bouleversements à l’avenir.

De nombreuses opportunités

L’agriculture intelligente réduit l’empreinte écologique de l’agriculture. Une utilisation réduite ou spécifique des intrants, tels que les engrais et les pesticides, dans les systèmes agricoles de précision atténuera les problèmes de lessivage ainsi que les émissions de gaz à effet de serre. Avec les TIC actuelles, il est possible de créer un réseau de capteurs permettant une surveillance quasi continue de la ferme.

L’agriculture intelligente peut rendre l’agriculture plus rentable pour l’agriculteur. Des prévisions météorologiques, des projections de rendement et des cartes de probabilité optimales, spécifiques au site, pour les maladies et les catastrophes basées sur un réseau dense de données météorologiques et climatiques permettront une culture optimale des cultures. Les informations spécifiques à un site permettent également une nouvelle assurance et de nouvelles opportunités commerciales pour l’ensemble de la chaîne de valeur, de la technologie et des fournisseurs d’intrants aux agriculteurs, aux transformateurs et au secteur de la vente au détail. Si toutes les données relatives à l’agriculture sont enregistrées par des capteurs automatisés, le temps nécessaire pour prioriser l’application des ressources et la surveillance administrative sera réduit.

L’agriculture intelligente a également le potentiel d’accroître l’acceptation des consommateurs. En principe, l’optimisation de la gestion permet également d’améliorer la qualité du produit. L’agriculture intelligente peut fournir une voie étudiée pour sortir des technologies et des pratiques immobilisées caractérisées par une forte polarisation et une segmentation du marché.

Défis majeurs

Pourtant, de nombreux obstacles doivent être surmontés. Parmi les principales questions à aborder : À qui appartiennent les données ?

Les TIC qui enregistrent l’apport de ressources et la production de produits soulèvent des questions de droits de propriété et d’utilisation des données. Les modèles commerciaux peuvent créer une valeur ajoutée en convertissant les big data spatialement explicites en informations et conseils non seulement pour les agriculteurs, mais également pour les autorités de réglementation qui peuvent utiliser les données pour la surveillance et le contrôle. Les gouvernements doivent mettre en place une architecture réglementaire garantissant des données de haute qualité tout en favorisant la confiance entre tous les acteurs concernés. La mauvaise utilisation potentielle des données crée des défis juridiques et éthiques supplémentaires pour la réglementation et la surveillance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *